Le Syndicat de la presse sociale (SPS) rassemble représente et défend environ 150 éditeurs, qui publient plus de 170 publications. Ces publications s’adressent à vingt millions de lecteurs. Il offre aux éditeurs des services personnalisés : information et formation générale ou thématique, conseil et assistance juridique, technique, administrative, fiscale…).
Comme l’ensemble de la presse, la presse sociale participe à l’approfondissement des connaissances et du savoir. Plus singulièrement, en tant que vecteur privilégié des pratiques sociales dans leurs diversités, elle contribue à la formation permanente des individus, à l’enrichissement de la pensée sociale et à la valorisation du savoir-faire né de l’expérience sociale. C’est une presse citoyenne, pour des lecteurs acteurs et pas seulement consommateurs.
Le Syndicat de la presse sociale inscrit son action dans celle de la Fédération nationale de la presse d’information spécialisée (FNPS*). Elle est donc solidaire des autres formes de presse.


Il assure leur représentativité auprès des ministères et administrations de tutelle. Des membres du SPS et de la FNPS siègent également dans les instances professionnelles comme la Commission Paritaire des Publications et Agences de Presse, la Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnels ou encore les caisses de retraite de la presse.
La presse sociale a une finalité non lucrative, ce qui est une garantie supplémentaire de son indépendance.
Le SPS sait être l’amplificateur des engagements éthiques et sociaux de ses publications adhérentes autour de thèmes fédérateurs. Il se mobilise régulièrement contre l’exclusion sociale et il mène notamment une lutte permanente contre l’illettrisme.
 
* Fédération Nationale de la Presse d’information Spécialisée www.fnps.fr